Accueil arrow Conclusion

1 Conclusion Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Au terme de cette recherche, nous avons vu par quel artifice le gouvernement était parvenu à fermer le Marché d’intérêt national de Paris-La Villette le 15 mars 1974, mettant ainsi fin aux activités d’une corporation qui, depuis un siècle, jouait un rôle prépondérant au sein de la filière viande. Comme nous l’avons montré, l’ensemble des usagers avait livré un combat acharné pour se maintenir à La Villette mais la lutte était par trop inégale et rien ne put empêcher la fermeture du complexe.
Les professionnels étaient en état de choc, leur monde s’écroulait ... ils avaient été trahis… Aujourd’hui encore, je pense à ce cri du Président Lardereau :
"Nous sommes les pieds-noirs de la viande …"

Lire la suite...
 
2 Et si . . . ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Comme nous l’avons montré dans une étude précédente et, cette fois encore dans cette thèse, une des raisons essentielles de l’échec de la reconstruction de La Villette tient aux profondes mutations du projet de base.
Rappelons-nous. Le projet approuvé par le Conseil municipal de Paris, le 12 décembre 1957, pour un montant de 120 millions de francs, consistait uniquement à reconstruire sur place un abattoir moderne et, un peu comme des annexes, un marché aux bestiaux et une salle de vente. Le marché aux bestiaux était traditionnel et la salle de vente, prévue pour traiter 140.000 à 180.000 tonnes de viande par an, était simplement destiné aux viandes vendues sur place.

Lire la suite...