Accueil arrow Première partie arrow 4 L’homo carnificator

4 L’homo carnificator Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Les hommes des abattoirs de La Villette ont toujours eu la réputation d’être des"durs". En fait, ils étaient à l’image de leur environnement : d’un solide caractère. Du caractère, il en fallait pour travailler dans la cité du sang. Ceci explique sans doute qu’un certain nombre de chercheurs et d’écrivains se soient intéressés à ce milieu tellement spécial.
Parmi ces derniers, citons Henry de Montherlant qui, nous le rappelle André Gravereau, a parlé avec exaltation des tueurs des abattoirs de La Villette :
"Voici mes collègues, les tueurs aux gourdins-matraques, aux glorieuses bacchantes, aux mains rougeaudes, et les Artémis tauroctones aux tabliers tachés de sang. Je me sens en famille. Vive la Boucherie !"

 

afficher le dossier complet (fichier pdf)

Image
L'abattage à la porte des échaudoirs

Image